OSMOZ magazine

Fleurs, féminité, inspiration : 5 questions à Serge Lutens

20 juin 2013

Serge Lutens dévoile en septembre 2013 un nouveau parfum baptisé La vierge de fer. Le lys en est la fleur principale. De visite à Paris, Serge Lutens a accepté de répondre à quelques questions.

interview serge lutens sur nouveautés 2013

1/Parmi vos dernières créations, La fille de Berlin est une invitation à redécouvrir la rose. Une voix noire transfigure le gardénia. Quant à La vierge de fer, c’est un parfum autour du lys. Après une parfumerie très orientale, ou plutôt très arabe comme vous le dites, avez-vous eu envie d’un retour aux fleurs ?

SL : Je crois qu’elles ne m’ont jamais quitté. Je ne sais pas ce qui se passe, mais je ne peux pas dire que ce soit vraiment un virage. Et puis, La fille de Berlin, ce n’est pas La rose de Berlin. C’est une rose de fer. Elle se trouve sur la neige et le flacon est rouge.

2/ La vierge de fer met en scène le lys. Vous aviez déjà traité cette note dans le très apprécié ‘Un Lys’. Le lys de La vierge de fer est-il plus virginal, ou au contraire plus majestueux ?

SL : Je dirais qu’il est plus glorieux. L’autre était plus frais, plus lys en fait. Il jouait surtout sur l’aspect blanc du lys. Celui-ci joue sur le côté capiteux, ou plutôt capital. C’est un lys auquel on n’a pas enlevé son pollen. Il a gardé ses anthères et ses étamines. Ce lys, ici, c’est un lys qui affronte, encore une fois.

3/ Le nom que vous avez choisi, La vierge de fer, est plutôt fort. Il y a une idée de torture. Y a-t-il aussi peut-être un rapport avec Jeanne d’Arc ?

SL : Toutes les vierges ont un rapport entre elles. Jeanne d’Arc boutant les Anglais est l’une des femmes de ma vie. En armure ou couronnant le Roi de France, c’est une référence absolue, mais, là, ce n’est pas le cas. La vierge de fer est davantage un esprit. Ma propre attitude vis-à-vis de ce qui crée la beauté. On ne conçoit pas quelque chose s’il n’y a pas une fragilité, une blessure à la base de tout. C’est le principe même de l’Art de la rouvrir pour la rendre universelle. La vierge de fer est à l’origine un instrument de supplice. Et si le terme ‘créer’ a un sens, c’est que celui qui agit ainsi est supplicié, sacrifié à quelque chose.

4/ Tous vos parfums sont ‘mixtes’. Les parfums n’ont pas de sexe, vous l’avez déjà dit. Pourtant, plusieurs de vos créations semblent parler de femmes ou font référence à l’univers féminin : Fille en aiguilles, Féminité du bois, La fille de Berlin…

SL : Si les parfums n’ont pas de sexe, il y a une chose qui est certaine, c’est que moi, j’en ai un ! Oui, il y a moins d’hommes qui portent La fille de Berlin ou Fille en aiguilles. Mais c’est à cause du nom, c’est ça qui est fou. Et puis Féminité du bois, c’est la féminité… du bois. Je n’ai jamais dit que c’était un parfum féminin. La féminité, ici, c’est l’aspect plus accueillant, plus consolant du bois. Ça ne veut pas dire que c’est un féminin. C’est comme Fille en aiguilles. Et puis, j’aurais pu l’appeler Fils en aiguilles !

5/ Les parfums vendus au Palais Royal ne devraient-ils pas l’être de façon plus étendue ?

SL : Il m’est difficile de répondre à une question de distribution. Il faut savoir que les flacons de table du Palais Royal-Serge Lutens sont très demandés, ne serait-ce que parce que ce n’est pas possible ! Le flacon en lui-même a été conçu pour le lieu qu’est le Palais Royal, mais les jus, eux ne sont pas immobiles. J’y songe, mais il faut trouver le principe…

propos recueillis par Nicolas Olczyk

 

Et vous, quel est votre parfum préféré de Serge Lutens ? Quelle question auriez-vous aimé lui poser ?

Nicolas Olczyk

Nicolas Olczyk

Découvrir son portrait

Passionné par les odeurs depuis très jeune, j’ai été formé à Grasse, la ville des parfums, après des études de chimie. Je contribue au contenu d’OSMOZ depuis 2003. J’ai aussi une activité de conseil auprès des marques et des entreprises de parfums. J’anime par ailleurs le blog...

  • 08 septembre 2013

    P O D C A S T S Serge Lutens sur France Culture : http://www.franceculture.fr/personne-serge-lutens (5 épisodes) - par Philippe Bresson

    Signaler un abus
  • 02 septembre 2013

    Mon parfum preferè chez Sege Lutens est CUIR MOURESQUE. Sais pas quelle question je lui posarai. Ce que j'aimarai cest d'avoir un rende-vous café avec lui.

    Signaler un abus
  • 28 août 2013

    Je n'ai pas un parfum préféré chez Lutens mais DES parfums préférés ! Datura Noir, Féminité du bois, ISM,... Avec lui, quand on commence, on ne peut plus s'arrêter !

    Signaler un abus
  • 25 août 2013

    Perfume is an industry, no longer just a luxury. It can be found in most US homes (at least one perfume in one home anyway). Do you really think a smart perfumer and businessman or woman would be wise to make it for the rich only? Is it reasonable to not price perfume in line with the cost of other perfumes? There are so many copycats. The middle class in America is disappearing into upper middle class and even those with paltry incomes will buy perfume even if it's not French.

    Signaler un abus
Vous souhaiter lire plus d'avis ? Afficher davantage
Vous souhaiter lire plus d'avis ? Afficher davantage