OSMOZ magazine

L’Empire du Milieu

04 mars 2013

Comme souvent, c’est sur les terres de l’Empire du Milieu que commence notre voyage. Les délicates notes de Mandarine-Mandarin capturent l’essence des mythes de la Chine Impériale. En poussant les portes carminées de la Cité Interdite, Serge Lutens nous raconte ici l’histoire parfumée de la favorite de l’Empereur. Toute la justesse d’une note mandarine épurée, habillée d’une écorce confite surprise par l’accord soutenu d’un thé noir fumé Lampsang Souchong. Une senteur d’apparence discrète qui révèle toute sa complexité à mesure d’être contemplée, telle une traditionnelle robe de soie brodée.

Les découvertes se poursuivent, sur les douces hauteurs du sud du pays, au cœur des plantations de thé. Après s’être éblouis d’un éclatant paysage vert jade, où seuls les chapeaux pointus des cueilleuses colorent l’horizon ; Thé pour un Été nous invite à une halte rafraîchissante dans une maison de thé, ces lieux symbolisant l’échange et le divertissement. L’Artisan Parfumeur offre ici une fragrance à la finesse et à la fraîcheur d’une théière en porcelaine. Quelques feuilles de thé vert, la suavité des fleurs de jasmin associées à l’éclat des hespérides pour apprécier tout l’art d’un zhong offert lors d’une traditionnelle cérémonie du thé.

Dans l’air automnal de la province voisine flotte une exquise senteur de fruit velouté. Symboles d’amour et de romantisme, les petites fleurs d’osmanthus embaument l’atmosphère de leur soyeuse senteur pêche abricotée. Durant des siècles les poètes, les peintres et tous les esthètes ont considéré les environs de Guilin (signifiant littéralement  la forêt d’osmanthus) comme un modèle de perfection. Osmanthe Yunnan capture l’esprit bucolique et l’harmonie de ce paysage à la manière d’une calligraphie à l’encre de Chine. Par un pur jeu de contrastes et d’effets de style, Hermès unit les notes veloutées de l’osmanthus, du freesia et de l’abricot, associées à la simplicité d’un accord unique de thé noir Yunnan. Enfin, telle la suprême économie des traits de pinceau, le parfum signe un fond vanillé évoluant vers des notes à l’effet daim et miel, propres à la fleur emblème. Une composition qui nous transporte dans une atmosphère vaporeuse où la transparence du décor retranscrit l’harmonie d’une fleur symbolique et les valeurs de tout un pays.

Jean Claude Ellena racontait alors « l’odeur flottante de l’osmanthus, quand on la sent c'est toute la Chine que l'on respire ».

 

Christa Moreau

Christa Moreau

Découvrir son portrait

  Diplômée de l’ISIPCA et travaillant dans le secteur de la parfumerie-cosmétique depuis plusieurs années, j’ai eu la chance de collaborer avec de nombreuses maisons dans différents pays. Aujourd’hui basée à Singapour, je m’intéresse particulièrement à l'Asie des...

  • 03 mai 2013

    J'adore tous les articles de Christa Moreau.En les lisant on se sent dans les pays qu'elle décrit c'est pourquoi je navigue toujours sur son site que je recommande vivement à tous et à toutes! Quant au parfum Osmanthe Yunnan.Je l'ai mis et ma mère qui est un bon critique ,elle a un nez très fin m'a dit tout de suite:Mais ce parfum me rappelle l'odeur des chinois qui vivaient près de chez nous.Alors sans le savoir, elle a perçu l'image olfactif que Jean- Claude Ellena avait mis dans le parfum.

    Signaler un abus
  • 01 avril 2013

    J'aime beaucoup vos voyages olfactifs. Merci !

    Signaler un abus
  • 01 avril 2013

    J'aime beaucoup vos voyages olfactifs. Merci !

    Signaler un abus
  • 30 mars 2013

    Merci pour ce très bon article, bien illustré, bien documenté.

    Signaler un abus
Vous souhaitez lire plus d'avis ? Afficher davantage
    Vous souhaitez lire plus d'avis ? Afficher davantage