Questions & sélections

Ces couturiers qui nous mettent au parfum - Chapitre 1

06 mars 2015

Il semble que du monde de la haute couture à celui des fragrances, il n’y a parfois qu’un pas… Des virtuoses de la mode sont devenus créateurs de parfum, rivalisant ainsi avec les grands parfumeurs. Aujourd’hui, entrons dans l’univers de trois d’entre eux, et voyons comment ils interprètent la Femme et le parfum.

 

De Lanvin nous connaissons Prétexte, Rumeur, Scandal, My Sin… Mais le plus emblématique, celui derrière lequel on devine la muse, est Arpège.

 

 

Créé par Andrè Fraysse et Paul Vacher en 1927, Arpège est un floral aldéhydé. Les notes de tête de bergamote, néroli et pêche révèlent un coeur de jasmin, de rose, d’ylang-ylang et de muguet, et le sillage se pare de santal, vanille, tubéreuse et vétiver.

 

Sur le flacon, de forme sphérique et au bouchon doré, on découvre un dessin stylisé de Jeanne Lanvin et sa fille Marguerite, enfant. Car c’est pour elle qu’Arpège a été créé. Cette symbolique de la mère et sa fille imprègne d’ailleurs toutes les créations Lanvin, plus qu’une tendance, une essence, immortalisée dans une danse pleine d’amour. Un message si chargé d’émotion qu'il n’arrête pas le temps mais le dépasse, et va au-delà du style, de la mode.

 

 

La formule d’Arpège a été légèrement revue, en 2006, et son bouquet compte maintenant plus de soixante fleurs rares et précieuses.

 

Avec son premier parfum, Classique, Jean Paul Gaultier nous offre en 1993 une fragrance orientale florale, suivie de Le Mâle, et dévoile son identité olfactive. Mais c’est avec Ma Dame, qu’il témoigne d’un travail tout dédié à une muse.

 

 

Lancé en septembre 2008, Ma Dame est une création du parfumeur Francis Kurkdjian (également auteur de Fragile et Monsieur Eau du Matin). C’est un parfum brillant, espiègle, qui s’ouvre sur de la grenadine et de l’orange sanguine. Ces notes font ensuite place aux fleurs, entre autres à la rose, pour terminer sur le bois de cèdre et les muscs blancs. Une fragrance florale boisée-musc aux accents d’agrumes.

 

Pour la campagne, la mannequin Agyness Deyn est face à l’objectif de Jean-Baptiste Mondino, aux côtés de Jean Paul Gaultier. A noter, la bande originale : 3e Sexe, du groupe Indochine, qui évoque une femme alliant à la fois le féminin et le masculin, une fusion des sexes, des âmes. Dans un même esprit, on trouve Gaultier2, lui aussi de Francis Kurkdjian.

 

 

Troisième parfum mémorable, à travers l’histoire commune des fragrances et de la mode : Shocking, d’Elsa Schiaparelli (1936). Créatrice et pionnière tant en matière de mode que dans son interprétation de la femme et son parfum, son flacon a d’ailleurs inspiré Jean Paul Gaultier, des années plus tard. Avec ce parfum, elle popularise une couleur, sa couleur, le Rose Shocking, dans laquelle elle drape la fragrance.

 

Comme l’explique l’auteur Helen Varley, « Ce rose intense a été appelé rose shocking dans les années trente, rose chaud dans les années cinquante, et rose extravagant dans les années soissante… Il est à l’avant garde de plus d’une révolution par les jeunes générations successives... C’est un plaisir des yeux pour certains, une cacophonie graphique pour d’autres. »

 

Pour Elsa Schiaparelli, un vêtement permet de s’exprimer, il “ne peut se contenter d’être accroché au mur tel un tableau ou de rester intouché, protégé pendant des années, tel un livre. Un vêtement ne vit que si on le porte et, dès qu’il se pose sur nos épaules, une nouvelle personnalité s’empare de nous et l’anime – ou tente du moins de le faire – l’exalte, le détruit ou le transforme en une ode à la beauté. Bien souvent il devient un banal objet ou même une triste caricature de ce que l’on aurait voulu qu’il fut – un songe, une façon de s’exprimer.”

 

Et il en va de même pour le parfum.

 

Harmonie est le terme qui définit le mieux la création d’Elsa Schiaparelli, parfumerie comprise. La bouteille de Shocking est le fruit d’une collaboration avec deux artistes surréalistes : Marcel Vertès, qui réalisa les publicités, et Salvador Dalí, dont l’oeuvre “Femme à la tête de fleurs” fait référence à un flacon de parfum.

 

 

Le design de la bouteille en elle-même est inspiré du mannequin aux mensurations de l’actrice Mae West, sur lequel Elsa Schiaparelli confectionna ses costumes pour le film Fifi peau de pêche (Every Day's a Holiday, 1937).

 

La fragrance est un parfum unique, inimitable, qui a atteint le statut d’icone. Les notes aldéhydées contrastent avec la bergamote et l’estragon. L’accord floral, entre rose, jasmin et chèvrefeuille est “chypré” en ce qu’il rappelle l’odeur des cosmétiques, des femmes des années trente, sur base d’un patchouli adouci par le miel et rendu ultra sensuel par la civette.

 

Très bientôt, retrouvez d’autres artistes du parfum au carrefour de la mode et des senteurs, dans la suite de notre série !

 

Photos : © Lanvin, © Jean Paul Gaultier, © Elsa Schiaparelli, © Pixabay

Dominga Ciavarella

Dominga Ciavarella

Découvrir son portrait

Make up artist et coach beauté passionnée de parfums, je suis l'auteur du blog Profumi e Sensazioni (Parfums et Sensations). http://yslbeauteitalia.blogspot.com

  • 11 juin 2017

    The Shocking packaging was given a salute by Prada Candy it seems as I have packaging from that fragrance that looks like the above.

    Signaler un abus
  • 02 octobre 2015

    Arpege me recuerda a la mitología Griega y es muy pasional.

    Signaler un abus
  • 30 août 2015

    Me gustan mucho, la presentación de los perfumes, las formas de los envases, son muy llamativos que invitan a quererlos tener.

    Signaler un abus
  • 25 juillet 2015

    La publicidad lo que mas quiere de sus consumidores es llamar la atencion por medio de imagen. Ya sea por colores fuertes, por mujeres bellas y la combinacion de ambos es bastante llamativa mas si se usa con una imagen de la que la mayoria de la poblacion quiera copiar, como maquillaje, vestuario, zapatos, etc.

    Signaler un abus
Vous souhaitez lire plus d'avis ? Afficher davantage
    Vous souhaitez lire plus d'avis ? Afficher davantage